10 décembre 2006

Au supermarché

Parmi les questions les plus fréquentes qui  me sont posées par les futurs arrivant en terre sainte, il y a celles relatives à l'alimentation et aux supermarchés. Attention, ce poste s'adresse plus spécifiquement à la ménagère de moins de 60 ans...

En Jordanie, on trouve de tout à condition de vouloir, parfois, y mettre le prix. Certes, la viande - boeuf, veau et mouton - est moins chère qu'au pays. Mais les céréales (Cheerios, Smacks et compagnie), le fromage français ou encore les produits bio (si, si, si, il y a des produits bios), c'est carrément le grand luxe! Il y a même du cochon, pas en grande variété, ni d'excellente qualité, mais cela se mange. Il y a même moyen de se composer une petite choucroute, mais pour la saucisse de Lyon, il faut se faire inviter chez des amis qui font la traversée de la Méditérannée avec des valises pleines de denrées rares.

Coup de fil vital

Certains aliments sont présents dans les rayons par intermittence uniquement: la polenta va et vient, les petits Gervais font des passages éclair au département produit frais et la choucroute vient de disparaître de ses voisins "AB biologique" après plusieurs semaines de présence. Ainsi, nous assistons parfois à l'envoi massif de SMS de ce type: "graine de lin dispo chez Cosmo" ou encore "prends-moi cinq paquets de Gervais stp". Parfois, c'est l'appel désespéré:

- "Dis Marjorie, je cherche le lait condensé sucré; il se trouve où?"

- A côté du café et du thé, dans le coin près des chips. Tu vois?

- Ben non, justement, je ne vois pas. J'ai demandé mais le type ne sait pas de quoi je lui parle.

- Ecoute, il y en avait plein il y a trois jours. C'est que tout est parti... Change de recette...

Cosmo versus Safeway

Deux supermarchés (on attend toujours le Carrefour soi-disant ouvert le 25 novembre) se battent en duel: Cosmo et Safeway. En fait, il y a aussi Plaza qui est très bien mais moins couru, sans doute à cause de sa localisation et de son air vieillot.

Cosmo a cette particularité et avantage indéniable qu'on y vend du jambon. Il coûte la peau de ce que vous savez, mais bon, parfois, les envies de terroire, ça ne se contrôle pas. Cosmo a aussi la particularité d'avoir les vendeurs les plus nonchalants du tout Amman, surtout au rayon fromage où j'en connais plus d'une qui se sont excitées ou ont renoncé à leur chèvre frais. Ne vous laissez pas avoir non plus par les tickets du rayon viande: ils ne correspondent à rien, même si les numéros défilent sur le mur du fond, et il faut juste donner de la voix pour être servi. N'hésitez pas à crier "Is there anybody here?!" après le délais normal d'attente: ça marche.

"Le prix s'oublie, la qualité reste"

Somme toute, ce qui est bien chez Cosmo, c'est le petit service en plus: on emballe vos courses, qu'un type vous pose dans votre voiture (pendant que vous pouvez appeler vos copines pour leur raconter les derniers arrivages). Une petite pièce suffit à vous simplifier la vie. Je crois que c'est le service que j'adore le plus en Jordanie. Chez Cosmo, si vous perdez votre enfant (je devrais dire si votre enfant vous a encore semé), tout le personnel se met en quatre pour vous le retrouver. Comme il n'y a pas de pervers en liberté, vous ne paniquez pas trop de toute façon. En général, une vendeuse vient vous cherchez et vous conduit à votre petit "cheveu blanc": vous le retrouvez au rayon "bonheur du dentiste", entouré, choyé, par deux employés... Et comme tout se fait avec le sourire, vous n'osez même pas trop incendié le jeune voyou.

Cosmo, c'est aussi le magasin de la grande pollution: un article = un sac plastic. J'ai bien tenté de faire du prosélitisme de colonialiste primaire mais l'écologie et le monde de demain n'intéresse définitivement pas le peuple jordanien.

Du Halal chez Safeway

Image Preview

Chez Safeway, pas de porc, pas de fromage: c'est tenu par des Saoudiens très respectueux de tout ce que l'on sait... Du coup, il y a plein de clientes extrêmement couvertes, mais aussi, des produits parfois moins cher que chez Cosmo. Et en plus, on vous livre à la maison, dans l'heure, et sans condition. A l'étage, il y a aussi du matériel de camping, de salle de bain, de sport et de la quincaillerie, des assiettes et des machines à laver, des crayons, des livres et des chauffages d'appoint.

Je ne suis donc pas obligée d'aller au marché de la basse ville pour acheter quelques tomates et trois clous.... Même si c'est tout de suite nettement plus exotique et typique.

Et toujours du rififi aux caisses

Je suis une grande victime des problèmes de caisse. Je ne vous parle pas de la vexation de la caisse lente... Non, c'est bien pire que cela. Chez Cosmo, mes soucis récurents sont liés à des enregistrements défectueux. A la fin de votre panier, le gentil benet de caissier s'aperçoit que "oh grand dieu!" rien n'a été enregistré. Il vous lance un regard à la dérobée, tente de vous cacher l'affaire en appelant discretement deux collègues qui vont retirer dans le chaos le plus total tous vos articles de votre caddy. Là, évidemment, vous vous doutez qu'il y a anguille sous roche (même si vous téléphoniez déjà à vos copines pour leur raconter combien vous vous êtes énervée au rayon boucherie). Comme vous vous agacez de la situation, le caissier, nettement moins gentil à vos yeux, appelle un responsable qui vous explique que vous n'avez pas le choix. En général, il est 18h30, il y a un monde pas possible, votre fiston pleure qu'il veut des chips et vous avez furieusement envie d'aller aux toilettes.

Chez Safeway, les problèmes de caisse - je suis le paratonnerre de service chez eux aussi - relèvent des prix et absences de prix sur certains produits. Tout votre caddy passe comme sur des roulettes, et bardaf, au dernier produit, c'est le grain de poussière dans l'engrenage. Le caissier tout aussi benet que son voisin de chez Cosmo part, d'une démarche molle, à la recherche d'un manager. Celui-ci, trouvé après quelques longues minutes, part d'un pas incertain dans les rayons. Vous savez - à ce moment précis - que vous allez attendre interminablement. Le manager ne revient pas, mais il a envoyé un sbire à sa place. Le prix indiqué, une fois sur deux, ne correspond pas à celui qui était indiqué en rayon. A cet instant, de deux choses l'une: soit vous renvoyez le caissier à l'erreur de prix, soit vous fermez les yeux, même si le prix "tout neuf" est supérieur à celui du rayonnage. Le temps, c'est aussi de l'argent.

Le plus traumatisant, en matière de courses, demeure la différence de prix sur articles similaires. Je m'explique: j'achète six serviettes roses et six bleues. Sur certaines, le prix est indiqué, sur d'autres, ostensiblement identiques, il n'y a pas l'ombre d'un code barre, sur un troisième groupe, en revanche, il y a un code barre sans prix, mais différent - cela se voit à l'oeil nu - des autres. Bref, allez donc expliquer à votre "ami" le caissier que les prix lors du passage sous son petit détecteur de code barre ne sont pas identiques. il s'en va alors appeler des collègues. Ceux-ci ont diverses propositions pour régler votre pépin, mais aucun ne vous convainct: "on va mettre le prix le plus élevé", "laissez les serviettes sans prix ici", "achetez un autre modèle de serviettes". Finalement, nous avons tranché - c'est du vécu - pour le compromis suivant: les serviettes non étiquetées ont été facturées au prix bas, les serviettes étiquetées au prix haut sont restées à ce montant, pareil pour les serviettes étiquétées au prix bas... Tout cela après vingt minutes de palabre... Maintenant, j'abandonne d'emblé l'article que, gentil comme un  coeur, le caissier veut absolument me refourguer.

La morale de cette histoire, c'est qu'on ne manque de rien et que je n'ai - pour l'instant - que des problèmes de ménagères, mais autant le savoir.

Pour les intéressés: Safeway a son site internet et sachez au passage qu'on peut commander, moyennant 25% de hausse par rapport aux prix français, à la Redoute (même collection) avec livraison via Aramex.

On n'arrête pas le progrès!

Posté par marjorie_camus à 09:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Au supermarché

    purée, quelles courses, j'en suis crevée

    Posté par tica, 10 décembre 2006 à 17:55 | | Répondre
  • Ouh la la, je croyais pouvoir me plaindre quand je faisais mes courses chez Carrefour à Pékin...(http://laurence.todayinchina.com/?p=69) mais je vois que les supermarchés d'Amman c'est encore bien pire. Bon courage en tout cas.

    Posté par Laurence Singap, 11 décembre 2006 à 07:20 | | Répondre
  • t'es la desperate housewife moyenorientale !
    quand j'étais petite j'habitais en Algérie et le coup des arribages ça me fait sourire car tous les coopérants se donnaient le mot quand un truc intéréssant et rare avait été vu ("mais je t'assure que j'ai vu qu'ils avaient des Lego, thermos, Le canard enchainé, etc."). Et ceux qui repartaient ne France avaient une liste longue comme le bras de trucs à ramener à untel ou untelle à son retour. je voyais ça avec des yeux d'enfant, mes parents ont sans doute d'autres souvenirs...

    Posté par ktl, 11 décembre 2006 à 09:03 | | Répondre
Nouveau commentaire