30 avril 2006

Ne me cherchez plus: je suis à Petra!

C'est un must, un incontournable, un hit des tours operators. Certains groupes touristiques viennent en Jordanie, filent à Pétra et hop, repartent de là où ils venaient. Bon, c'est vrai: Pétra ne laisse personne indifférent. On a beau vous dire que c'est magique, grand, beau, immense, fascinant, y aller reste une expérience inédite et ne déçoit jamais.

On avait besoin de quitter la ville et la poussière, pour retrouver la foule (pas trop finalement) et le sable (en quantité).  Voici donc quelques vues du fabuleux site... Vieux de plus de 2.200 ans, habité par des Nabatéens (des marchands, nomades qui ont trouvé que c'était pas mal pour y élire domicile), puis par les Romains, avant de tomber dans l'oubli pour quelques centaines d'années.

D'abord, il faut marcher... C'est le passage dit du Sik, qui mène au Kazneh (Trésor). Déjà, après le Sik, la moitié des touristes a disparu. Les talons hauts et les balerines dorées, ça ne passe pas très bien ici.

entree_sik_1 

   Encore 100 mètres et on y est... Enfin, c'est ce qu'on croit...

entree_sik_3entree_sik_4

Mais que photographient-ils tous?

entree_touristes

Serait-ce ce trésor qu'on entrevoit?

entree_sik2

Je ne vous en montre pas plus... Au cas où vous décideriez de venir voir par vous-même ou de vous repasser Indiana Jones et la Dernière Croisade (ça, c'est une référence de cinéphile).

L'homme a ceci d'étrange qu'où qu'il soit et où qu'il aille, il grimpe, il grimpe, il grimpe...

grimpee_deirgrimpee_deir_2grimpee_deir_3

Pour voir quoi au juste? Je vous ai épargné les photos de gens rougeaux appuyés sur les pierres, des dames qui vomissent dans les quelques buissons, et des couillons sur les promène-couillons qui vous regarde tout en se demandant: comment peux-t-on monter à pieds alors que des ânes vous emmènent?

du_deirdu_deir_3du_deir_2

Non, en fait, on ne grimpe pas pas pour ces paysages grandioses... Mais pour le temple appelé "Deir" (Monastère) et qui apparaît au milieu de nulle part.

deir1

Bon fin de week-end!

Phrases glanées

Pétra était étonnemment francophile, et un peu italophone. On aurait pu être dans une reconstitution de Pétra à Marne-la-Vallée. En prime, je vous livre quelques phrases picorées sur le site, et plus spécialement sur le parcours qui mène au Deir (une montée digne du Ventoux):

  • En France, nous, on a le problème des banlieues.

  • En Inde, 20 millions de personnes sont pauvres, sur 1 milliard d'habitants. Réponse: ah bon, y'a tant de monde que ça en Inde?! (ndlr: à partir de quand est-on considéré comme pauvre? 20 millions, est-ce beaucoup... Autant de questions qui n'intéressent pas l'interlocutrice).

  • Nous aussi on a notre âne... Hein Bernard? (ndlr: là, tout le monde se marre s'il vous plaît).

  • Les pauvres ânes!  Réponse: mais ils sont fait pour cela voyons. De quoi je me mêle! (ndlr: éh oui, certains francophones pensent qu'ils sont les seuls au monde à parler la langue de Molière et parfois ça fait des clashs).

  • Do you want a donckey? Full option, with AC!

  • By a gift for you wife, she will love you more! (ndlr: par ailleurs, les prix pratiqués sur le site de Pétra ne sont finalement pas beaucoup plus élevés qu'ailleurs. A condition de marchander un peu vos aimants et autres t-shirts à effigie de chameau).

  • Excusez-moi, c'est encore haut? Réponse de Clément: "oui, très haut, économisez votre souffle!" (ndlr: mon monsieur est un peu sadique)

Posté par marjorie_camus à 15:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Ne me cherchez plus: je suis à Petra!

    J'adore le coup du donkey climatisé ! )

    Posté par Hélène, 30 avril 2006 à 19:28 | | Répondre
  • C'est sûr que les commentaires sont légèrement teintés de beaufitudes. Mais d'un autre coté, se taper des heures de marches en plein cagnard, ca excuse un peu, non?

    Posté par poulette, 01 mai 2006 à 12:07 | | Répondre
  • Poulette, je t'arrête tout de suite: celle qui écoute, c'est aussi celle qui monte à pieds sous le soleil tapant. Cette fois, j'ai cru que j'allais y rester (je ne suis pas/plus/pas encore une grande sportive).

    Les seuls qui peuvent parler sont les gens qui montent en âne bien sûr. Ceux qui redescendent sont plutôt muets (ce doit être une manifestation de la modestie).

    Sinon, tout n'est pas spécialement beauf, surtout que c'est totalement hors context et qu'on a juste "attrapé" des phrases qui en soit ne veulent pas dire grand chose.Bon, parfois, c'est vraiment beauf quand même... C'est vrai.

    Posté par Marjorie, 01 mai 2006 à 13:34 | | Répondre
  • Poulette, je t'arrête tout de suite: celle qui écoute, c'est aussi celle qui monte à pieds sous le soleil tapant. Cette fois, j'ai cru que j'allais y rester (je ne suis pas/plus/pas encore une grande sportive).

    Les seuls qui peuvent parler sont les gens qui montent en âne bien sûr. Ceux qui redescendent sont plutôt muets (ce doit être une manifestation de la modestie).

    Sinon, tout n'est pas spécialement beauf, surtout que c'est totalement hors context et qu'on a juste "attrapé" des phrases qui en soit ne veulent pas dire grand chose.Bon, parfois, c'est vraiment beauf quand même... C'est vrai.

    Posté par Marjorie, 01 mai 2006 à 14:19 | | Répondre
  • Pqs mal le coup de la clim'!

    les réflections de touristes c'est terrible... et les réflections de gens qui croient être les seuls au monde à maitriser leur langue aussi... Mon boulot donne sur la grande rue toursite de Stockholm pfffff....

    Posté par Fred, 01 mai 2006 à 19:24 | | Répondre
  • euh, c'est l'ignare de service qui parle mais c'est quoi un "donckey" ?

    Posté par ktl, 02 mai 2006 à 19:07 | | Répondre
Nouveau commentaire