29 mars 2006

L'expat' à la loupe: le ragot d'expat'

Les petites communautés ont, toutes autant qu’elles sont, quelques heureux et misérables points communs : recréation d’une vie de quartier autour de certains lieux (parc, grande surface), ostracisme de certains groupes à l’égard de personnes externes, et, au summum du médiocre : propagation de ragots en tous genres.

Si la communauté des expatriés francophones d’Amman s’entend plutôt bien et que divers activités sont régulièrement organisées dans la bonne humeur et la convivialité, elle n’échappe pourtant pas à la triste règle du ragot… Notre expatologue J. Saitout (un peu professoral et prétentieux, mea culpa) a mené l’enquête auprès d'un ragotologue (non moins prétentieux, re-mea culpa).

Amman, un grand village (... Et même pas un grand lit !)

Amman. 2006. Me voici installée dans un village de 600 Français (de 0 à 97 ans) et 60 Belges à peine. Les fenêtres vous scrutent… La rumeur est parfois fondée, contrairement au ragot qui contient presque invariablement une importante dose de perfidie et de mensonge.

Naissance et mort du ragot

Les paroles malintentionnées sont plutôt l’œuvre machiavélique de compatriotes pétris d’ennuis, errant d’un thé à un appel téléphonique. Pour que la sauce prenne, il faut un potentiel de langues bien taillées, ce qui permet d’entretenir et de véhiculer un nombre impressionnant de ragots. Le ragot, d’oreilles demandeuses en langues fourchues, s’amplifie, se déforme, se gonfle, enfle, s’enrichit, frôle l’éclatement sans jamais l’atteindre. Le ragot bien placé se répand à une vitesse meurtrière. Le ragot ne meurt pas, il se dissout peu à peu, non sans avoir laissé quelques traces dans la mémoire collective.

Marie-Robert n'est pas une éponge!

Prenons le cas de Marie-Robert, invitée il y a quelques temps à un dîner. Elle s'enquiert d'une amie commune: "Thérèse ne devait pas venir?". Morita, l'hôte du jour, dit alors "Si, mais elle vient plus tard, elle ne voulait pas venir sans son mari". Marie-Robert s'enquiert de savoir pourquoi. "Parce qu'elle est déprimée sans doute, elle ne voulait pas sortir sans lui et elle l'attend" répond Morita, avec un soupçon de mépris dans la voix. Jean-Chrétien, l'époux de Marie-Roberte, ajoute alors "Oh, ce ne doit pas être grave, nous avons rencontré une amie à elle qui a dit qu'elle était déjà comme cela au Chili".

Marie-Robert rétorque alors: "moi, rien à faire, ça me fait quand même de la peine. Je suis un peu éponge et ça ne me laisse pas indifférente, quand elle m'appelle, de la sentir morose".

Deux jours plus tard, Morita appelle Thérèse: "tu sais ce qu'a dit Marie-Roberte de toi? Et bien, lors du dîner à la maison, elle a raconté que tu étais une dépressive chronique, insatisfaite et que tu es comme cela depuis toujours. Elle a ajouté qu'elle ne supportais plus de t'avoir au téléphone car elle a l'impression que tu la prends pour une grosse éponge et que tu pleurniches tout le temps. Ca fait de toi, selon elle, une personne infréquentable!"

Thérèse, éplorée, s'en va alors voir son amie Wanda. Celle-ci  lui dit que Marie-Robert a toujours été fière comme tout. Il paraîtrait qu'elle a déjà fait le coup à une fille qui est partie. Le soir de l'affaire, Wanda téléphone à Odile. Odile est choquée, mais finalement, guère surprise. Cette Marie-Robert est toujours toute seule à Cosmo pour faire ses courses, paraît qu'elle est asociale, c'est elle-même qui l'aurait dit à Cindy qui l'a raconté à Morita. Odile promet à Wanda de faire un thé à la maison dimanche avec quelques copines, surtout pour consoler Thérèse. Il ne faudra pas oublier d'inviter Morita...

L’avis du ragotologue

Le ragot blesse parfois, tant il est mesquin, ou provoque un fou rire, tant il est absurde (parfois, les deux à la fois). J’ai ainsi pu observer que deux conditions sine qua none sont nécessaires au fonctionnement du ragot : premièrement, il faut un solide réseau de transport du ragot. Le téléphone semble demeurer une valeur sûre. Deuxièmement, il faut que le sujet du ragot y soit sensible. Si, lorsque vous croisez l’auteur du ragot (il est généralement identifiable de manière incontestable), il perçoit en vous le moindre signe de faiblesse, et bien, le ragoteur continuera son dessein. Plus on gagne, plus on joue !

Apprenez à démasquer le ragoteur

Le ragot n’implique pas forcément la haine, mais souvent la jalousie. Le ragoteur n’a que peu de scrupules : il peut dire du mal de vous le samedi, inventer ou déformer et vous saluer bien bas le mardi, voire vous inviter à prendre le thé (vous ne savez pas encore qu’il complote) pour que vous lui fournissiez quelques belles orties. Le ragoteur ne connaît pas le scrupule. Le ragoteur agit en toute impunité.

Notice à l’usage des futurs expatriés en communauté réduite

  • Evitez au maximum la fréquentation de ragoteurs. Même si vous êtes lisses comme le serpent, le ragoteur finira par trouver une faille, une parole qui pourra être exploitée à mauvais escient. De plus, celui qui n’est pas avec le ragoteur, est contre lui (c’est ce qu’elle croit). Si vous êtes irréprochables aux yeux de le ragoteur, elle créera de toute pièce des preuves à charge.
  • Le ragot contre un proche peut-être tué à la source, mais vous tomberez obligatoirement en disgrâce auprès du parent du ragot. Vous deviendrez alors une cible à abattre, à votre tour. Je parle d’expériences… (je suis maudite jusqu’à la 7e génération, je crois).
  • Parfois, un second degré peut même passer pour un premier degré. Dégâts collatéraux assurés. Assurez-vous que ce qui sort de votre bouche tombe toujours dans une oreille amie. Dans le doute, abstenez-vous : ne blaguez jamais avec un ragoteur notoire.
  • Pour vous prémunir des ragots, riez quand vous les entendez ! Rire d’un ragot le désintègre un peu.
  • Mais le meilleur des remèdes est en réalité un vaccin : n’écoutez pas ce qu’on dit sur vous ! Soyez sourds aux médisances !

NB : le ragoteur est presque toujours exclusivement un sujet féminin. L’homme sait mentir, mais pas calomnier.  Mais bon, tout cela, je n’en suis pas sûre, ce ne sont que des ragots…

Posté par marjorie_camus à 20:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur L'expat' à la loupe: le ragot d'expat'

    hum, les joies de l'expatriation ! quand j'étais petite, on vivait en Algérie et mes parents devaient évoluer dans ce milieu-là mais je n'en que des bons souvenirs (souvenirs d'enfance inoubliablement géniaux !)

    Posté par ktl, 30 mars 2006 à 09:58 | | Répondre
  • haa, la vie d'expat

    J'ai vecu pendant 6 ans avec ma famille (je suis l'ainee de 3 enfants) en Thailande. Et j'ai retrouve, (ainsi que ma famille a qui j'ai lu le post a haute voix car vraiment c'etait trop bon !) tout ce qui se passe a bangkok cote ragots...
    Apres l'avoir lu a mon pere il a absolument tenu a ce que je vous ecrive pour vous en faire part !! Ce que je fais ici.
    Malheureusement pour ma mere, cette histoire de ragots s'est mal finie, dans les 2 premieres annees d'expatriation c'etait l'enfer. Plein de ragots circulaient car on avait pas de chauffeur, pas de jardinier, pas de nounou et une seule maid ( et oui tout ca ca fait tres cheap quand pourtant on a les moyens de tout se payer.). POur ajouter a cette disgrace on a toujours adore notre maid mais pire... On l'a payait a la hauteur du travail qu'elle fournissait et pas au lance pierre, on payait l'assurance maladie d'elle et de sa famille, elle ne dormait pas chez nous, avait ses conges et ne travaillait le WE que le samedi matin... Forcement quelquechose clochait chez nous...
    Bref, on s'est bien retrouves dans ce temoignages, et ce petit guide sur les ragots nous aurait ete tres utile... Maintenant on en a fait l'experience mais ca a au moins le merite de nous faire rire !
    Merci donc...

    Posté par Alicia, 01 avril 2006 à 11:57 | | Répondre
  • pas complet

    J'ai tout essayé, tourner les lettres dans tous les sens, les mélanger, chercher les liens dans les livres des prénoms... mais je n'arrive pas à mettre les vrais noms sur les vrais ragoteuses et ça, ça m'ennuie terriblement, voyez-vous car je fais partie de cette communauté et je sais bien que ce n'est pas de moi dont parle Eirojram. Bon, ça va bien faire l'objet d'un goûter ragot sous peu...

    Posté par eilatan, 02 avril 2006 à 14:10 | | Répondre
  • Pfff quelle vie! Heureusement que la communauté francophone ici est réduite (en fait ce sont plutot mes contacts avec elle qui sont réduits) et que tous ont une occupation ou presque.

    Posté par Fred, 02 avril 2006 à 15:30 | | Répondre
  • Bien vrai tout cela

    J ai perdu une bonne partie de mes amies (je devrais dire relations )pour avoir defendu une amie accusee de cleptomanie.

    Pas d accord avec elles = contres elles.

    On s en fout..... J ai gagne aussi de vraies amies avec cette histoire

    Je ne me plains pas ici le milieu expat est presque correct par rapport a d autres que j ai pu frequenter

    Posté par Paper (acid free, 21 avril 2006 à 16:05 | | Répondre
Nouveau commentaire