08 février 2006

Je conduis, tu conduis... (épisode 2)

Voilà. Le grand jour est arrivé. Après un passage au bureau de Clément, me voilà partie pour Marka (petaouchnoque) avec deux facilitateurs. Au départ, il n'y en avait qu'un, mais comme il ne parlait pas anglais, son copain est venu avec nous.

Dans la voiture, le monsieur (très calme) me pose un tas de questions:

- avez-vous étudié beaucoup?

- pas du tout à vrai dire...

- vous avez eu des contacts avec la fille qui l'a passé la semaine dernière?

- Heu, non.

- Les questions sont souvent les mêmes durant un mois ou deux... Tu parles bien anglais en tout cas!

- Non, je ne parle pas anglais (ndlr: en fait, si mais pas parfaitement).

- Ben si... Là, vous parlez...

- Ah... Oui... Ne le dites à personne alors.

- Non, on fera semblant que vous ne parlez que français.

J'avais tout de même pris mon dictionnaire avec moi, car les termes de conduite, même en français, c'est un vocabulaire qui m'est étranger.

Après une demie-heure de route, on arrive à Marka (vraiment petaouchnoque). On entre dans un building un peu pouilleux. Commence une attente, environ 30 minutes (une pécadille!), durant laquelle le monsieur qui ne parle pas anglais s'active entre les différents guichets. Je ne comprends pas trop la logique de ses déplacements, c'est un peu comme les mouvements de l'abeille autour de la ruche.  Il sait où il va. Ca a l'air efficace.

Puis, après un test des yeux ridicules - j'ai dû énoncer la lettre 'V', puis le 'O' et enfin le 'T'- je retourne attendre (environ 30 minutes, des cacahuètes!). Pendant ce temps là, j'inonde Isabelle, Nathalie et Luna de SMS (c'est que je n'avais que le dictionnaire à lire). Le monsieur qui parle anglais me fait un briefing:  alors, tu dois dire aux examinateurs que tu ne parles pas anglais (ça, c'était bien mon intention), ensuite tu leur demandes un test en français, et

- mais ça n'existe pas, les tests en français?!

- non, non, je sais, mais il faut te faire remarquer. Tu leur dis un tas de choses, que tu es effrayée, etc.

Il me déballe toute la rubrique "trucs et astuces": tu leur dis que tu veux qu'on t'aide. Pendant l'examen, tu appelles un des policiers (oui, ce sont des policiers qui s'occupent de tout), tu soupires, tu fais plein de gestes désespérés. Ok?

J'entre ensuite dans une pièce où sont entassées 30 personnes. Le policier refuse mon dictionnaire. Je vacille. Je lui dis en arabe que j'en ai besoin. Mon facilitateur négocie, mais on doit aller voir le chef. Dans le bureau du chef, il y a trois policiers. Le facilitateur renégocie. Je répète en arabe que j'ai vraiment besoin du dictionnaire. Alors, le policier dit que je peux le faire en arabe, puisque je parle arabe.

- I no read Arabic! Lui dis-je alors, avec mon plus pur accent belge, n'est-ce pas (je surjoue, je crois).

Je gagne le droit du dictionnaire. En Belgique, on m'aurait déjà collée à la porte. Oui, parce que j'ai l'air de me plaindre tout le temps, là, mais remarquez qu'au final, ça se termine toujours bien et on finit toujours par obtenir ce qu'on souhaite. Pour le Jordanien, la loi est la loi, mais on peut toujours se fendre en deux pour vous satisfaire vos désidératas.

Quand je vois certaines questions, je me dis que le dico était une victoire bien inutile (et de bataille seulement)... En voici quatre que j'ai notée en vitesse (et en traduisant à la va-vite), à la sortie du bureau de test.

scan0001

Pour la question 1, j'appelle l'examinateur (il est gentil, car il est venu tout de suite). Je lui demande que portent les personnes sur l'autoroute (parce que je vous jure qu'on dirait une autoroute). "Des cartables" me répond-il.

Pour la question suivante (la 12e sur ma liste, en réalité), je rappelle le monsieur (ndlr: ils sont super gentils avec les étrangers quand même, hein!). Je vous passe les questions seulement à moitié bizarres, entre la 1ère et la 12ème. Le monsieur revient donc, et je lui demande si "shake up onwards" en anglais, correspond bien au geste suivant (j'agite le bras en l'air). Il me confirme que oui. Je me replonge dans le dictionnaire pour une ultime vérification, et je fais remarquer au monsieur que la photo ne correspond pas. "Ah, oui, oui, je sais, elle est fausse, ne faites pas attention". A la 19e question, comme je suis un peu psycho-rigide, je décide d'arrêter là, tant le jeu est grotesque. Puis, je me radoucie, je respire profondément (merci les cours de pilates) et je continue. Pas envie de revenir une 2e fois. Je ne sais pas trop comment, je réussis...

Après un petit tour en voiture jaune, me voici donc en possession de mon permis jordanien. Je commence à pêter les plombs au bout d'une heure d'attente, pour avoir le document final. Mes deux facilitateurs (Bobtail et Placide) ne veulent pas décoller. Je soupire et j'envoie des SMS.  J'ai faim en plus. Et quand j'ai faim, c'est comme quand je manque de sommeil: je mords. Je parle avec facilitateur 1 (Placide) et je lui fais part de ma théorie (je le répète: j'ai un plomb qui a lâché):

- Vous, les Jordaniens, vous passez votre vie à attendre. Je suis certaine qu'il y a moins de maladies cardio-vasculaires ici qu'en Europe.

- Ah, quel rapport? me rétorque-t'il.

- Puisque vous attendez tout le temps, vous ne pouvez pas vous permettre d'être stressés.

- Oui, c'est une idée... On vivrait plus vieux qu'en Europe alors?

Il me regarde très sérieusement. L'air de rien, peut-être qu'il pête les plombs aussi.

- Bah... Oui, les statistiques le prouvent (ndlr: je n'en sais rien en fait). Ou alors, il y a une explication divine... Peut-être que Dieu vous offre des crédits de vie, comme dans les jeux électroniques, pour tout le temps perdu à attendre depuis votre enfance...

- Comme les prolongations au football, vous voulez dire?

- Exactement.

- Sans doute. Alors, les Syriens ont encore plus de crédits de vie que nous dans ce cas. 

- Ils attendent encore plus?! Dieu me préserve de vivre en Syrie!

- Dommage, vous auriez vécu 7 ans plus vieille.

Posté par marjorie_camus à 20:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Je conduis, tu conduis... (épisode 2)

    Félicitations pour le permis!

    J'ai beaucoup aimé la comparaison avec les prolongations au foot!!

    Posté par Fred, 08 février 2006 à 23:05 | | Répondre
  • ça m'a bien fait rire ! ça me fatiguerait quand même à la longue... ça me rappelle un peu ce que mes parents me racontent sur l'administration en algérie (j'ai ai vécu quand j'étais petite) et eux aussi en tant qu'étrangers, ils étaient un peu privilégiés.
    en tout cas, tu vas pouvoir rouler à fond la caisse !

    Posté par ktl, 09 février 2006 à 09:32 | | Répondre
Nouveau commentaire